Accueil
Cours de langue tibétaine: 1ere partie

Introduction

Le roi Songtsen Gampo qui facilita l'introduction du bouddhisme au Tibet, eut très vite envie de voir tous les enseignements du Bouddha, écrits en sanscrit, traduits dans sa langue nationale.
Malheureusement aucune langue écrite était susceptible de véhiculer toute la richesse, contenue dans ces enseignements.
Le roi chargea l'un de ses ministres d'aller en Inde pour créer de toute pièce une langue et sa grammaire capable de traduire les enseignements du Bouddha.

Le tibétain, est donc avant tout une langue destinée à communiquer le Dharma.


L'alphabet

L'élément de base de l'écriture tibétaine est un alphabet de 30 lettres.

KA K'A Kaa Ngaa

TCHA TCH'A TCHaa NYaa

       
TA T'A Taa Naa

       
PA P'A Paa Maa

       
TSA TS'A TSaa OUaa

       
CHiaa Saa aa Yaa

       
Ra La CHiA SA

       
  Ha A  


En assemblant les lettres ensemble, on forme des syllabes, en assemblant les syllabes, on forme des mots, en assemblant les mots... on forme des phrases...

Le point

Il est important de noter que pour séparer les syllabes entre elles on utilise un point. Ce point est nécessaire même si on écrit une lettre seule. Seuls les points permettent de déterminer le nombre de syllabes d'une phrase.
Exemple

(ça veut dire bonne nuit!)

Les signes voyelles

Une lettre sans signe voyelle se prononce avec la sonorité "A". Pour changer cette sonorité, on rajoute un signe voyelle. La langue tibétaine comporte 4 signes voyelles.

Guigou

Il se place au dessus de la lettre et apporte la sonorité "i".
Exemple:
se prononce Ri et s'épelle Ra guigou Ri

Chabtchiou

Il se place en dessous de la lettre et apporte la sonorité "ou".
Exemple:
se prononce P'OU et s'épelle P'A chabtchiou P'OU

Drengbou

Il se place au dessus de la lettre et apporte la sonorité "é".
Exemple:
se prononce Né et s'épelle Na drengbou Né

Naro

Il se place au dessus de la lettre et apporte la sonorité "o".
Exemple:
se prononce Koo et s'épelle Kaa naro Koo

Comment forme t'on les syllabes?

Pour former une syllabe, on part d'une lettre principale à laquelle on rajoute une ou plusieurs autres lettres qui vont ou non apporter leur contribution à la prononciation de la syllabe.

Le schéma ci-dessous détaille la composition la plus complexe, mais bien évidemment, une syllabe peut être composée, par exemple, juste de la lettre principale et d'un suffixe, voire même d'une seule lettre.

  Signe voyelle    
Préfixe Suscrite 1er suffixe 2eme suffixe
  Lettre principale    
  Souscrite    
  Signe voyelle    



'La suite'